Rayonier Advanced Materials > Installations > Information sur la gestion des urgences environmentales au site de Témiscaming

Information sur la gestion des urgences environmentales au site de Témiscaming

Temiscaming

Le site de Témiscaming de Rayonier AM Canada (RYAM) emploie 700 personnes. Présent dans la région depuis 1919, le bien-être de ses employés, de leur famille et des membres de la communauté est une valeur fondamentale de l’entreprise.

Le site de Témiscaming comprend aujourd’hui trois usines principales qui fabriquent les produits suivants : cellulose de haute pureté, pâte à haut rendement et carton couché.

Plusieurs produits chimiques sont utilisés dans la fabrication de ces produits, dont certains sont assujetties au Règlement sur les urgences environnementales d’Environnement et Changement climatique Canada. Le site de Témiscaming s’est donc doté d’un plan des mesures d’urgence en 2004 pour gérer ce genre de situation. Le site de Témiscaming a également un système de gestion de l’environnement certifié ISO 14001.

La dernière mise à jour du Règlement sur les urgences environnementales requiert que nous communiquions aux membres du public qui pourraient subir un préjudice en raison d’une urgence environnementale :

  • les conséquences potentielles de l’urgence;
  • les mesures que le site prendra pour protéger l’environnement et la vie ou la santé humaines;
  • la façon dont le site communiquera avec le public.

Un accident industriel majeur est un évènement inattendu et soudain se produisant dans un établissement ou un site industriel et dont les conséquences dépassent les limites du site. La nature et la quantité des produits impliqués déterminent les impacts potentiels sur les humains et l’environnement.

Il n’y a eu aucun accident industriel majeur sur le site impliquant le dioxyde de soufre (SO2) ou l’ammoniaque (NH3) dans les 15 dernières années.

Afin de préparer son manuel des mesures d’urgence, une liste de scénarios possibles d’accident industriel majeur a été dressée. Le scénario comportant le niveau le plus élevé de risques a ensuite été simulé avec un modèle mathématique de dispersion atmosphérique. Le modèle a été effectué en suivant les recommandations du Conseil pour la réduction des accidents industriels majeurs (CRAIM). Différents scénarios avaient été modélisés en 2004. En 2020, les scénarios concernant une fuite majeure de dioxyde de soufre (SO2) et d’ammoniaque (NH3) ont été refaits en suivant les nouveaux standards du CRAIM.

Cliquer ICI pour accéder au feuillet d’information du CRAIM décrivant comment se fait le choix des scénarios et des valeurs de référence des seuils d’effets

Cliquer ICI pour accéder au feuillet d’information du CRAIM décrivant les éléments pertinents à la modélisation d’une fuite de substances dangereuses.

Quelles sont les mesures de sécurité  que nous avons mises en place pour éviter une urgence environnementale?

La sécurité est une valeur fondamentale pour RYAM. En misant sur la prévention, la formation et la préparation du personnel d’urgence, l’entreprise déploie tous les efforts pour prévenir les accidents pouvant toucher ses employés, la communauté et l’environnement.

Principaux mécanismes de sécurité sur les infrastructures

  • Systèmes de détection intérieurs et extérieurs et systèmes d’alarme supervisés en tout temps
  • Système de fermeture automatique en cas de bris (conduite de SO2 liquide)
  • Systèmes d’inspection et d’entretien préventif des réservoirs et des vannes
  • Digue de rétention autour du réservoir d’ammoniaque

Principaux mécanismes de sécurité opérationnelle

  • Programme d’étalonnage des systèmes de détection
  • Programme d’inspection de routine des installations à risque
  • Plan de mesures d’urgence en collaboration avec les autorités localess
  • Équipe de réponse spécialisée en cas d’urgence (HAZMAT)
  • Programme annuel de formation et pratiques de l’équipe de réponse
  • Sirène pour aviser les citoyens habitant près des installations
  • Système automatisé d’appel pour avertir les membres de l’organisation municipale de sécurité civile (OMSC) ainsi que les institutions locales

Notre équipe de réponse spécialisée pour intervenir en cas d’urgence (ERT)

Le site de Témiscaming possède sa propre équipe de réponse spécialisée pour intervenir en cas d’urgence (ERT). Cette équipe comprend 15 membres actifs soutenus par les huit autres membres de la brigade incendie du site. Chaque membre de l’équipe ERT reçoit une formation de 40 heures dédiée à l’intervention en présence de matières dangereuses (HAZMAT) au niveau technicien. Leur formation comprend également celle de pompiers industriels et celle de sauvetage en espace clos et en hauteur. Cinq des membres de l’ERT ont également la formation d’officier commandant HAZMAT. La formation des membres de l’ERT est revue aux deux à trois ans.

Un système d’alerte automatisé permet d’avertir et de mobiliser rapidement l’ERT advenant un incident, de jour et de nuit, semaine et fin de semaine.

Les membres de l’ERT possèdent l’équipement requis pour intervenir rapidement en cas de fuite majeure de matières dangereuses tels que des combinaisons résistantes à ces matières et des systèmes de respiration autonome. L’ERT possède également son propre véhicule d’urgence.

L’ERT se rencontre mensuellement pour revoir ses pratiques, que ce soit la gestion d’une fuite de matière dangereuse, la recherche et le sauvetage de personnes, le combat des incendies, ou pour la vérification de leur matériel. Cent quarante heures par années sont dédiées aux pratiques mensuelles.

Notre manuel des mesures d’urgence

Le manuel des mesures d’urgence du site de Témiscaming comprend les éléments suivants :

  • La description de ses installations
  • La structure de gestion en cas d’urgence
  • Les responsabilités des membres du Centre de coordination des urgences (CCU), du Centre des opérations des urgences (COU) et du Poste de commandement
  • Les critères de déclenchement des niveaux d’alerte
  • Les procédures générales d’intervention
  • Les mécanismes d’alerte à la population
  • Les caractéristiques des substances dangereuses sur le site

Le manuel des mesures d’urgence comprend également un plan des mesures d’urgence (PMU) qui présente les informations essentielles du manuel aux intervenants en situation d’urgence. Le plan est mis à l’essai à chaque année. Il est aussi mis à jour annuellement. Une copie de cette mise à jour est distribuée au chef pompier de la ville de Témiscaming et à la direction régionale de la Sécurité civile du Québec de l’Abitibi-Témiscamingue.

Le personnel du Centre de coordination des urgences (CCU) reçoit une formation sur le fonctionnement du PMU et de leurs responsabilités dans leur première année d’emploi. Cette formation est revue aux trois à cinq ans.

Cliquer ICI pour accéder au feuillet d’information du CRAIM sur les mises à l’essai d’un plan d’urgence.

Comment serai-je avisé  si une urgence environnementale survient?

Les résidents à proximité du site de Témiscaming seront alertés par le bruit de la sirène (à ne pas confondre avec les alarmes sectorielles d’évacuation destinées aux employés). Les autorités et les institutions de Témiscaming (telles que l’hôpital, les écoles et le CPE) seront avisées par le système automatisé d’appel de RYAM. Les citoyens seront quant à eux avisés par leurs autorités locales.

La ville de Témiscaming et la municipalité de Kipawa se sont dotés récemment d’un système automatisé d’alerte par texto et par courriel pour avertir leurs citoyens d’une situation d’urgence.

Les citoyens de Thorne et de Eldee seront avisés par le département de Gestion des urgences Ontario.

Il est à noter que des tests pour assurer le bon fonctionnement de la sirène sont effectués sur une base mensuelle. Des tests sont également faits sur une base hebdomadaire pour vérifier le système automatisé d’appel de RYAM.

Contactez la  municipalité de Kipawa pour plus d’information sur leurs alertes automatisées et vous y inscrire.

Pour plus d’information sur les alertes automatisées de la ville de Témiscaming et vous y inscrire, cliquer ICI.

Que faire en cas d’alerte?

  1. Entrez rapidement dans le bâtiment le plus proche
    • Évitez de respirer des produits nocifs.
    • Ne restez pas à l’extérieur ou dans un véhicule.
    • Fermez et calfeutrez portes, fenêtres et ventilation et éloignez-vous-en.
  1. Respectez les consignes des autorités
    • Restez groupés.
    • Pour connaître les consignes à suivre, référez-vous aux moyens de communication de votre municipalité/des autorités de votre région.
    • Pour obtenir un statut sur l’état de la situation, vous pouvez aussi contacter le numéro d’information mis en place par RYAM (Témiscaming) : 1 844 770-9272 (message d’information).
  1. N’allez pas chercher vos enfants à l’école ou à la garderie pour ne pas vous exposer ni exposer vos enfants
    • Ces établissements auront déjà été avisés et auront reçu les consignes de sécurité.

Libérez les lignes téléphoniques pour les secours afin qu’ils puissent s’organiser

    • Si vous éprouvez des symptômes ou en cas d’exposition possible :
      • Contactez Info-Santé au 811.
      • oContactez le Centre antipoison de votre province.
      • Appelez le 911 en cas d’urgence seulement.
  1. Lorsque le danger est écarté, la fin de l’alerte sera émise par les autorités locales.

Pour consulter le site de la Sécurité civile du Québec dédié aux accidents industriels majeurs, cliquer ICI.

Pour consulter le site de la Gestion des urgences Ontario, cliquer ICI.

Le CRAIM a publié une fiche d’information sur le confinement versus l’évacuation en cas de fuite d’une substance toxique que vous pouvez visualiser en cliquant ICI.

Quelles sont les substances dangereuses sur le site de Témiscaming pouvant causer une urgence environnementale?

Trois substances ont fait l’objet d’une modélisation pour connaître leur impact à l’extérieur du site dans le cadre du Règlement sur les urgences environnementales : le dioxyde de soufre, l’ammoniaque et le chlorate de sodium. Il y a d’autres substances dangereuses sur le site, mais celles-ci ne sont pas présentes en assez grandes quantités pour avoir un impact à l’extérieur du site ou encore font déjà l’objet d’un Plan d’intervention d’urgence dans le cadre du Règlement sur le transport des marchandises dangereuses.

De ces trois substances, seuls le dioxyde de soufre et l’ammoniaque peuvent avoir des conséquences pour les membres du public selon les critères du CRAIM.

Qu’est-ce que le dioxyde de soufre (SO2) ?

  • Le dioxyde de soufre (SO2) est utilisé pour la fabrication de l’acide de cuisson des fibres de bois (pour en dissoudre la lignine et récupérer la cellulose).
  • Il est reçu sous forme liquide par wagon.
  • Il est entreposé, sous cette forme, sous pression dans des réservoirs extérieurs.
  • Une fois libéré, il s’évapore dans l’air sous forme de gaz incolore à odeur forte et piquante.
  • Il est plus lourd que l’air et ininflammable.

Qu’est-ce que l’ammoniaque (NH3) ?

  • L’ammoniaque (NH3) est utilisée dans le même procédé que le dioxyde de souffre (SO2) pour la fabrication de l’acide de cuisson. Elle est également utilisée pour absorber le dioxyde de soufre dans les gaz de cheminée avant leur rejet dans l’atmosphère et comme substance nutritive au traitement des eaux usées.
  • Elle est fabriquée sur place à partir d’ammoniac anhydre déchargé d’un wagon. La concentration typique dans la solution varie entre 22 et 24 %.
  • Elle est entreposée dans un réservoir entouré d’une digue de rétention.
  • Une fois libérée, elle s’évapore dans l’air sous forme d’ammoniac, un gaz incolore à odeur piquante.
  • Ce gaz est plus léger que l’air.

Qu’est-ce que le chlorate de sodium ?

  • Le chlorate de sodium est utilisé pour fabriquer du dioxyde de chlore, lequel sert au blanchiment de la pâte.
  • Il est reçu sous forme cristalline par camion-citerne.
  • Il est dilué dans l’eau et entreposé en solution dans trois réservoirs situés à l’intérieur de l’usine.
  • C’est une substance oxydante, qui peut s’enflammer facilement lorsqu’elle est sous forme solide ou exploser lorsque soumise à un choc.

Quelles sont les répercussions possibles d’une fuite majeure de ces substances sur les membres du public?

Liées au dioxyde de souffre (SO2)

Le gaz peut se déplacer vers des communautés se trouvant dans un rayon d’environ 10,8 km autour de l’installation. Le nuage de dioxyde de soufre suivra la direction du vent. Dans tous les cas, les concentrations diminuent rapidement à mesure que l’on s’éloigne de l’usine. La population peut être plus ou moins incommodée selon son âge et son état de santé.

Les impacts anticipés sur l’eau et le sol sont négligeables. Pour les animaux, les impacts seraient similaires à ceux anticipés chez l’humain. La végétation pourrait cependant subir des effets de brûlure.

Les effets possibles du SO2 sur la santé selon la zone d’exposition :

Zone 1 – ddistance de 1,6 km (en rouge)

  • Détresse respiratoire
  • Irritation grave des yeux, de la peau, du nez et de la gorge
  • Susceptible de mettre la vie en danger

Zone 2 – distance de 10,8 km (en jaune)

  • Difficulté à respirer
  • Toux
  • Irritation des yeux, de la peau, du nez et de la gorge

Liées à l’ammoniaque (NH3)

L’ammoniaque se volatisera en gaz d’ammoniac. Le gaz d’ammoniac peut se déplacer vers des communautés se trouvant dans un rayon d’environ 300 mètres autour de l’installation. Le nuage d’ammoniac suivra la direction du vent. La population qui se trouverait dans la zone d’exposition peut être plus ou moins incommodée selon son âge et son état de santé.

Les impacts anticipés sur le sol sont négligeables. Pour les animaux, les impacts seraient similaires à ceux anticipés chez l’humain. La végétation pourrait cependant subir des effets de brûlure. En présence d’eau, l’ammoniac peut former une solution d’ammoniaque, laquelle peut être nocive pour les organismes aquatiques.

À l’extérieur du site (zone 2 en jaune d’une distance de 0,3 km), le NH3 peut avoir les impacts potentiels suivants sur la santé (la gravité des symptômes peut varier selon les conditions d’exposition) :

  • Maux de tête, nausées et vomissements
  • Sensation de brûlure au nez et à la gorge, toux et difficulté à respirer
  • Produit irritant et corrosif pour la peau, les yeux, les voies respiratoires et digestives

Le CRAIM a publié une fiche d’information sur l’ammoniac que vous pouvez visualiser en cliquant ICI.

Liées au chlorate de sodium?

Une explosion liée au déchargement et à l’entreposage de chlorate de sodium n’aurait pas de répercussions majeures à l’extérieur du site de Témiscaming.

 

Vous avez des questions? Contactez :
1 819-627-4420 | enviro.temis@rayonieram.com
33, chemin Kipawa, C.P. 3000, Témiscaming (Québec) J0Z 3R0

Liens vers les pages Facebook et sites web de la ville de Témiscaming et la municipalité de Kipawa :
www.facebook.com/villedetemis
www.facebook.com/Municipalitedekipawa
https://www.temiscaming.net/en/home
http://www.kipawa.ca/?lng=en